Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/12/2013

Plein Soleil, de René Clément

Le film qui fit de Delon une vedette

Plein Soleil

Alain Delon a vingt-cinq ans quand René Clément lui donne sa chance en lui offrant le premier rôle dans Plein Soleil, un thriller adapté d’un roman de Patricia Higsmith. Le réalisateur exploite la beauté ténébreuse du jeune acteur et fait de lui un criminel diabolique au sourire carnassier, qui jalouse le personnage joué par Maurice Ronet.

            Plein Soleil est le film qui, en 1960, fit d’Alain Delon une vedette. Depuis, l’acteur rend régulièrement hommage au réalisateur René Clément de l’avoir choisi pour le rôle principal ; ce qui allait donner un coup d’accélérateur à sa carrière. Le film est tiré de Monsieur Ripley (The Talented Mr Ripley), un roman de Patricia Highsmith, auteur à succès de thrillers, parmi lesquels L’Inconnu du Nord-Express (Strangers on a train) adapté au cinéma, quelques années auparavant, par Hitchcock.

plein soleil,rené clément,delon,maurice ronet,marie laforêt,romy schneiderPlein Soleil est d’abord un beau spectacle. Chose rare pour un film français de l’époque qui ne soit pas une reconstitution en costumes, il a été tourné en couleurs. Le Technicolor nous offre des couleurs vives et éclatantes ; il nous permet de mieux ressentir la chaleur de l’été en Italie, où se déroule l’action. La couleur met aussi en valeur le physique d’Alain Delon. L’acteur a alors vingt-cinq ans, et René Clément, apparemment convaincu que sa jeunesse et sa beauté crèveront l’écran, nous le montre allègrement torse nu, tenant la barre d’un yacht au milieu des flots, sous un ciel bleu azur.

Sur le plan physique, Delon est en compétition avec son grand ami dans la vie, Maurice Ronet, son aîné de quelques années. Ronet joue le rôle de Philip Greenleaf, un fils à papa, fortuné et séducteur, que Delon, dans le rôle de Tom Ripley, doit ramener à la maison à la demande de son père. Mais Tom convoite la fortune et la fiancée de Philip. Il le jalouse au point de passer à l’acte. Plein Soleil c’est un peu l’histoire de Caïn et Abel. Il est d’ailleurs troublant de savoir que Delon et Ronet retrouveront les mêmes types de personnages et de situation, huit ans plus tard, dans La Piscine de Jacques Deray. Marie Laforêt joue le rôle de la fiancée de Philipp, tandis que Romy Schneider, qui vit alors une idylle avec Alain Delon, fait une courte apparition au début du film.

Le prétendu manque de style de René Clément

Les Cahiers du cinéma, François Truffaut en tête, reprochaient à Clément son manque de style. Il est vrai qu’on n’identifie pas immédiatement un film de Clément, alors que par exemple on reconnaît du premier coup un film de Jean-Pierre Melville à son style dépouillé à la limite de l’épure. Mais, qu’importe ! Plein Soleil est un film très efficace et c’est ce qui compte. Par ailleurs on ne peut qu’admirer la maîtrise dont Clément fait preuve dans la réalisation et dans la direction d’acteurs.

L’image est soignée, elle est belle à regarder ; et Clément a compris, au-delà de l’aspect physique, le potentiel qu’il y avait dans le jeu de Delon. Avant Plein Soleil, l’acteur était déjà un jeune premier du cinéma, mais il n’était pas encore une vedette pleine et entière. Et surtout, il paraissait destiné aux rôles de jeune héros romantique, comme dans Christine de Gaspard-Huit. Avec Clément, il montre que sa beauté ténébreuse et son sourire carnassier lui permettent d’incarner des personnages d’une autre dimension. Monsieur Ripley est un criminel, mais il est jeune, beau, séduisant et élégant, de telle sorte que le spectateur peut s’identifier à lui ; il y a là quelque chose de presque diabolique. Le personnage de Tom Ripley annonce les rôles que Delon jouera plus tard pour Visconti, Melville ou Losey.

 

Plein Soleil de René Clément (1960), avec Alain Delon, Maurice Ronet et Marie Laforêt, DVD Studio Canal.

16/12/2013

Ennemi d’Etat (Enemy of the State), de Tony Scott

Big Brother au service de l’Etat

Ennemi d’Etat (Enemy of the State) 

C’est un thriller efficace et au rythme effréné. On y voit Will Smith dans le rôle d’un honnête citoyen poursuivi par des agents de la puissante NSA (National security agency). Ce film, antérieur aux attentats du 11 septembre 2001 et à l’affaire Snowden, montre les formidables moyens technologiques dont dispose un Etat démocratique pour espionner sa population.

            Ennemi d’Etat (Enemy of the State) est à déconseiller à ceux qui ne supportent pas les plans de moins de cinq secondes, car, dans les scènes de poursuites, les images s’enchaînent à un rythme effréné. En revanche, si vous acceptez la rapidité du tempo imposé par le réalisateur Tony Scott, alors vous passerez un bon moment.

            ennemi d’etat,enemy of the state,tony scott,will smith,gene hackman,john voight,lisa bonetTony Scott a l’habileté de faire démarrer deux intrigues en parallèle. D’un côté, un directeur de la NSA (National security agency) fait liquider un élu du Congrès qui veut faire échouer le vote d’un amendement renforçant les pouvoirs de l’agence ; mais l’assassinat est filmé par un témoin. D’un autre côté, un avocat spécialisé en droit du travail, Robert Dean, fait pression sur un chef mafieux en lui faisant visionner une cassette vidéo très compromettante pour lui ; le gangster veut absolument récupérer ladite cassette. Or, par le plus grand des hasards, le même Robert Dean va se trouver également en possession de l’enregistrement de l’assassinat du député. Les services de l’Etat déploieront tous leurs moyens pour mettre la main sur cet enregistrement. D’où une course-poursuite contre Robert Dean et un qui-propos sur la cassette à récupérer, puisqu’il y en existe deux qui n’ont aucun rapport entre eux.

            Le spectateur tremble d’autant plus pour Robert Dean que Tony Scott a repris le principe hitchcockien du héros mis en danger auquel le spectateur peut s’identifier. En plus, ce qui est terrifiant, c’est la disproportion de moyens : le citoyen est tout seul pour se défendre, tandis que les services de l’Etat disposent d’outils impressionnants pour atteindre leurs objectifs : ordinateurs, puces électroniques, hélicoptères, satellites…

            Heureusement pour Robert Dean, il tombe sur un ancien agent de la NSA qui finit par l’aider et lui révéler les formidables moyens de l’agence : « A fort Meade, il y a neuf hectares de réseau informatique dans le sous-sol. Si tu appelles ta femme et lui dit les mots « bombe », « président », « Allah », l’ordinateur les reconnaît et les marque en rouge pour analyse, et c’était il y a vingt ans ! Pour un Hubble ils ont plus de cent satellites qui nous observent. Dans le temps, il fallait brancher un film sur ta ligne téléphonique. Maintenant que les appels rebondissent sur les satellites, on les capte à la volée ».

Un film qui anticipe le Patriot Act

            Ennemi d’Etat date de 1998. Autrement dit, il est antérieur aux attentats du 11 septembre 2001 et à la législation qui a suivi. D’une certaine manière, il anticipe le Patriot Act et toutes les mesures, justifiées ou pas, de renforcement de la sécurité intérieure aux Etats-Unis. Il prend en plus une résonnance particulière avec l’affaire Snowden et la révélation au grand jour des écoutes de la NSA. En somme, ce film pose le problème de l’équilibre à trouver entre les libertés individuelles et la sécurité d’un pays.

            Ennemi d’Etat est un thriller efficace qui se situe dans la lignée des Trois Jours du Condor (Three Days of the Condor) de Sidney Pollack, tourné en 1975 après le scandale du Watergate et les révélations sur les agissements de la CIA. Depuis, le monde a changé, les technologies se sont développées ; et le cinéma, lui aussi, a changé, d’où, dans Ennemi d’Etat, ce rythme trépidant et cette succession de plans brefs qui peut décourager certains spectateurs.

 

Ennemi d’Etat (Enemy of the State) de Tony Scott (1998), avec Will Smith, Gene Hackman, John Voight et Lisa Bonet, DVD Buena vista entertainement.

01/12/2013

La Banquière, de Francis Girod

Romy reine de la finance des Années folles

La Banquière

 

C’est l’un des derniers rôles de Romy Schneider. Elle joue un personnage inspiré de Marthe Hanau, la banquière des Années folles. La reconstitution est soignée et la distribution prestigieuse. Le spectateur passe un agréable moment.

            Il est des films que l’on a plaisir à voir et à revoir. La Banquière est de ceux-là. Francis Girod s’est directement inspiré de la vie de Marthe Hanau, « la banquière des Années folles », qui ruina des milliers de petits épargnants en mettant en place une pyramide dite de Ponzi. Comme Madoff bien des années plus tard, elle servait des taux d’intérêt très élevés à ses clients, en l’occurrence 8% ; mais, en réalité, elle les rémunérait avec l’argent des nouveaux souscripteurs.

     la banquière,francis girod,romy schneider,trintignant,jean-claude brialy,marie-france pisier,jean carmet,claude brasseur,jacques fabbri,daniel mesguich,georges conchon,morricone       La Banquière, sorti en 1980, est l'un des meilleurs films de Francis Girod. Sa réalisation oscille entre le roman-feuilleton et l’histoire illustrée. La reconstitution de la France de l’entre-deux-guerres est soignée, elle offre des décors somptueux de palaces et d’hôtels particuliers, dans lesquels la queue-de-pie ou le smoking sont de rigueur. Les chapitres de ce film roman-feuilleton, si l’on peut parler de chapitres, s’enchaînent  avec harmonie et sont suffisamment courts pour que nous n’ayons pas le temps de nous ennuyer. Le scénario de Georges Conchon rappelle celui qu’il avait écrit deux ans plus tôt pour Le Sucre de Jacques Rouffio. Inspiré lui aussi d’une histoire vraie, ce film racontait la spéculation sur le sucre qui avait ruiné des petits épargnants. Les professionnels de la finance n’y étaient pas épargnés, ils ne le sont pas non plus dans La Banquière. On nous y martèle que les banques servent 1% d’intérêt, au mieux 1,5%, ce qui paraît peu.

            La Banquière fait aussi penser à L’Affaire Stavisky d’Alain Resnais, sorti en 1974, qui racontait une affaire similaire, également dans une reconstitution somptueuse de la France de l’entre-deux-guerres, avec une distribution éclatante, Jean-Paul Belmondo en tête. C’est d’ailleurs ce qui fait la force du film de Francis Girod. On y revoit avec beaucoup de plaisir le défilé d’acteurs qu’il nous offre. Marthe Hanau, rebaptisée Emma Eckhert, est interprétée par Romy Schneider. On sent que l’actrice s’est reconnue dans ce personnage rebelle, atypique, aux amours libres, qui se heurte à son milieu et à la bonne société ; Emma Eckert est entourée d’hommes qu’elle mène par le bout du nez. On voit apparaître d’autres acteurs fameux, dont certains sont aujourd’hui disparus : Jean-Claude Brialy, Marie-France Pisier, Jean Carmet, Jacques Fabbri…

Dans cette ambiance Années folles, la musique d’Ennio Morricone enveloppe l’œuvre d’un charme discret. Une fois le film fini, le spectateur n’a pas forcément compris tous les ressorts de la finance, mais, malgré quelques scènes pénibles, il a passé un agréable moment et c’est là l’essentiel.

 

La Banquière de Francis Girod (1980), avec Romy Schneider, Jean-Louis Trintignant, Jean-Claude Brialy, Marie-France Pisier, Jean Carmet, Claude Brasseur, Jacques Fabbri et Daniel Mesguich, DVD Studio Canal.